Ne cachez-plus vos pots !

En peuplant mon intérieur de plantes vertes, je me suis vite aperçue des limites des pots en plastique ou des cache-pots. Je me suis donc mise à créer mes propres pots afin qu'il soit le plus respectueux possible de la vie de la plante.

 

En effet, j'ai progressivement renoncé à l'émaillage, qui à l'instar du pot en plastique, étouffe la plante. Le cache-pot ne me semble pas non plus une bonne solution car il ne permet pas de se débarrasser du pot en plastique. 

 

Finalement, nos anciens ne s'y trompaient pas et c'est bel et bien la terre cuite qui apparait comme le matériau idéal, puisqu'elle demeure poreuse et respirante, en plus d'être composée d'éléments qui favorisent son bon développement

Si l'arrosage est maîtrisé, elle ne nécessite même pas de trous de drainage en son fond, puisque l'eau s'évapore naturellement. J'en creuse toutefois en fonction de la plante qui l'habite et des demandes. Qui plus est, ses tonalités chaleureuses s'accordent avec tous les tons de verdure ; il n'y a pas une plante avec laquelle elle ne se marierait pas. 

 

Toujours dans le refus d'une industrialisation des formes, chaque pot est monté aux colombins, une technique primitive utilisée depuis la nuit des temps, et ce bien avant l'arrivée du tour. Elle consiste à rouler des boudins de terre, puis à les assembler en les solidarisant les uns avec les autres pour construire la forme souhaitée. Ce travail laisse plus de liberté que celui d'une pièce tournée ou moulée mais requiert aussi beaucoup plus de temps. C'est une pièce de caractère qui en résulte ; plus organique, rustique et naturelle, laissant apparaître à maints endroits l'empreinte des mains.